Le projet Les buts Financement Partenaires Equipe du projet
 


Le projet LIFE - Nature de l'Eifel"

Les trois zones de projet Perlenbach-Fuhrtsbachtal, Oberes Rurtal et Kyllquellgebiet englobent 5 sites Natura 2000 avec une surface de projet totale de 624 ha et revêtent d'une grande importance pour la conservation de la nature: "Perlenbach-Fuhrtsbachtal" (DE-5403-301 / 331 ha), "Gebirgsbach Rur bei Monschau (DE-5403-302 / 91 ha), "Felsen am Unterlauf des Perlenbachs" (DE-5403-303 / 33 ha), "Oberlauf der Rur bis Heimbach" (DE-5403-304 / zone de projet partielle 88 ha) et "Kyllquellgebiet" (DE-5504-305 / 81 ha). Afin de restaurer et optimiser ces zones de projet, le projet LIFE-Nature "restauration de l'habitat rivière oligotrophe de moyenne montagne" (en abrégé: "ruisseaux vifs dans l'Eifel") a été élaboré et accepté en 2003 par la Commission Européenne, avec un budget de 2.323.735,- € (LIFE03 NAT/D/000003). Le projet a alors pu démarrer très rapidement le 1er octobre 2003. Grâce à un avenant, la durée initiale a pu être rallongée du 31/10/2008 au 31/08/2009 ce qui a permis de rattraper le retard accumulé suite à la tempête "Kyrill" et de mettre en œuvre des mesures supplémentaires.

La Station Biologique du Kreis Euskirchen était le coordinateur du projet et la Station Biologique du Kreis Aachen était partenaire associé.L'intégration d'autres partenaires de coopération, déjà prévue au moment de l'introduction du dossier de candidature, a été intensifiée en début de projet. La mise en œuvre concrète des mesures a été réalisée en étroite collaboration et avec le soutien des institutions suivantes: le Ministère de l'Environnement, de la Conservation de la Nature, de l'Agriculture et de la Protection des Consommateurs en Rhénanie du Nord-Westphalie (MUNLV NRW), l'Administration Forestière de Rhénanie du Nord-Westphalie, avec les cantonnements régionaux "Rureifel-Jülicher Börde", "Hocheifel-Zülpicher Börde" et "Nationalparkforstamt Eifel", le Gouvernement du District de Cologne (Bezirksregierung Köln), le Kreis Aachen, le Kreis Euskirchen, la Commune de Hellenthal, la Ville de Montjoie, la fondation NRW-Stiftung, la société de distribution d'eau Wasserwerk Perlenbach, la fondation HIT Umwelt- und Naturschutz Stiftungs-GmbH, le Département Nature et Forêts - Direction de Malmedy (cantonnement d'Elsenborn, Belgique) et l'administration du camp militaire d'Elsenborn (Belgique). Des bénévoles ont également été intégrés au projet et y ont apporté leur soutien. Dans les zones de projet, les menaces et atteintes suivantes ont été identifiées: peuplements résineux artificiels, barrages/retenues dans les cours d'eau, aménagements des berges et du lit des cours d'eau, absence de bandes rivulaires et de ripisylve et apports de sédiments fins dans les eaux. Les objectifs poursuivis étaient les suivants: rétablissement de la libre circulation et de la dynamique naturelle dans les cours d'eau, conservation et développement des habitats Natura 2000 et des espèces animales et végétales associées. Toute la région devait être impliquée moyennant une campagne de sensibilisation ciblée.

Les objectifs poursuivis étaient les suivants: rétablissement de la libre circulation et de la dynamique naturelle dans les cours d'eau, conservation et développement des habitats Natura 2000 et des espèces animales et végétales associées. Toute la région devait être impliquée moyennant une campagne de sensibilisation ciblée.


Les objectifs concrets étaient les suivants: " acquisition de 3 étangs et achat d'environ 3 ha de terres pour la mise en œuvre des mesures de restauration; " indemnisations pour l'exploitation anticipée de peuplements résineux sur environ 18 ha; " extensification de plusieurs étangs; " déboisement d'environ 70 ha de peuplements résineux privés et publics; " gestion des surfaces déboisées: replantations sur environ 14 ha, transformation d'environ 21 ha en prairies et pâtures, abandon à la succession naturelle sur 35 ha, enlèvement des semis naturels d'épicéa sur toutes les surfaces " initiation du déboisement de surfaces communales enrésinées supplémentaires " création de bandes rivulaires sur environ 8 km " replantation des berges avec des essences feuillues en station sur environ 13 km " enlèvement de 97 obstacles à la libre circulation " enlèvement d'ouvrages de stabilisation des berges et du lit sur environ 3 km " transformation/enlèvement/gestion de 7 passages à gué et remplacement de 3 gués par des ponts " transformation de 19 étangs en dérivation " enlèvement de rejets d'eaux et réduction des pollutions " extensification de prairies permanentes " mesures d'entretien des bandes rivulaires vis-à-vis de plantes et d'animaux invasifs " conseils aux locataires du droit de pêche en vue d'une gestion piscicole adaptée " mise en place et réalisation d'un programme de monitoring, avec recensements préalables " réalisation de panneaux d'information et mise en place d'un circuit de randonnée " intégration du contexte socio-économique moyennant une campagne de sensibilisation ciblée (séances d'information, exposés, dépliant, site web, montage vidéo, exposition itinérante, etc.) " échanges d'expériences avec d'autres projets LIFE et de conservation de la nature et organisation d'une conférence. Les mesures ont toutes été réalisées dans leur totalité. Dans la majorité des domaines, on a mis plus de mesures en œuvre qu'initialement programmé de manière à ce que les objectifs du projet ont même été dépassés. Près de 78 ha de peuplements résineux ont été déboisés, sur des terrains privés et publics (16,1 ha de surfaces de compensation). Sur toutes ces surfaces, les jeunes semis naturels d'épicéa ont été systématiquement enlevés. 19,4 ha ont été replantés avec des essences feuillues indigènes en station. 19,4 ha ont été transformés en habitats ouverts fortement diversifiés. Des bandes rivulaires ont été aménagées sur environ 11,8 km. Les berges ont été reboisées sur environ 17,5 ha avec des essences feuillues en station et des ouvrages de stabilisation des berges et du lit des cours d'eau ont été enlevés sur 4,3 km. Un total de 106 obstacles à la libre circulation, sous forme de canalisations, de barrages/retenues d'eau ou d'étangs aménagés au droit des cours d'eau, ont été enlevés. Ainsi, la libre circulation a pu être rétablie sur environ 200 km sur la Roer, sur environ 40 km sur le bassin du Perlenbach et sur environ 32 km sur celui de la Kyll. Les étangs existants ont été extensifiés en coopération avec le Kreis Aachen et les ouvrages de prise et de rejet d'eau ont été optimisés d'un point de vue de l'écologie du cours d'eau. Certains étangs ont pu être renaturés, totalement ou en partie. Trois étangs et environ 3 ha de peuplements résineux ont été acquis. A 12 endroits, des gués ont soit été enlevés, barrés, transformés ou optimisés en termes d'utilisation (réduction de la fréquence des passages, passages seulement en intervalles pluriannuels). A 4 endroits, les gués ont été enlevés et remplacés par des ponts. Des rejets dans les cours d'eau n'ont quasiment pas été observés dans la zone. Les quelques endroits à rejets ont été communiqués aux autorités compétentes pour suivi. L'extensification des prairies permanentes a pu être mise en œuvre sur 41,6 ha et ces surfaces sont maintenant gérées selon les principes des mesures agri-environnementales. Les quelques endroits où des plantes invasives ont été recensées ont fait l'objet de mesures de lutte régulières. A quelques endroits, ces espèces ont pu être complètement éradiquées tandis qu'à d'autres, elles ont été fortement repoussées. Des conseils en matière de gestion piscicole, parallèlement à une sensibilisation correspondante, ont pu être donnés au cours des nombreuses séances d'information et d'entretiens. Grâce au soutien du Gouvernement du District de Cologne (autorité régionale compétente en matière de pêche) et du Kreis Aachen (autorité locale compétente en matière de pêche), il a été acquis qu'à l'avenir, seuls des individus indigènes de la truite fario, provenant de stations d'élevage locales, peuvent encore être déversés dans les cours d'eau. Suite à la mise en oeuvre des mesures, l'aspect du paysage et des terrains s'est retrouvé fortement modifié dans la zone de projet. Les modifications paysagères engendrées ont conduit à des paysages très diversifiés et pleins de charme qui apportent notamment une plus value non négligeable du point de vue touristique. Et au niveau de la population locale, le projet bénéficie maintenant d'une acceptation très élevée. Le monitoring a clairement démontré une nette amélioration en termes de conservation de la nature, notamment au niveau de la faune aquatique et de la végétation. Dans les domaines de la qualité des eaux et du macrobenthos, la valeur écologique était déjà tellement élevée au départ que les améliorations sont difficiles à déceler. L'intégration du contexte socio-économique peut être définitivement jugée de réussie. Les nombreuses séances d'information ont la plupart du temps attiré beaucoup de monde. Le projet a suscité beaucoup d'intérêt auprès des différentes couches sociales. Les guides nature locaux ont été formés de manière appropriée et continuent à diffuser les résultats du projet au-delà de sa durée. Et l'attribution de marchés divers a contribué à une plus value économique pour la région ce qui a également amélioré l'acceptation locale. Le projet a été et restera fortement ancré dans la région. La coopération avec les autorités et les institutions locales a été franchement bonne. La coopération transfrontalière a pu être étoffée davantage. L'échange d'expériences au niveau régional et supra-régional a été mené de manière très intensive. Grâce à cet échange, d'importantes connaissances ont pu être acquises et les propres expériences ont pu être partagées. Les contacts ainsi créés seront entretenus au-delà de la durée du projet.

Period: October 2003 to October 2009